admirer


admirer

admirer [ admire ] v. tr. <conjug. : 1>
amirer 1360; lat. admirari « s'étonner »
1 Vx Considérer avec étonnement.
2(1566) Contempler avec admiration, avoir de l'admiration pour (ce qui est beau, grand). s'enthousiasmer, s'extasier, 1. goûter. « Nous aimons toujours ceux qui nous admirent » (La Rochefoucauld). « Admirons les grands maîtres, ne les imitons pas » (Hugo). « On les admire d'y voir si clair » (Billy). Pronom. « Les portraits de Saint-Simon écrits par lui sans qu'il s'admire » (Proust). aussi s'entradmirer.
Iron. J'admire votre confiance.
⊗ CONTR. Dédaigner, mépriser. ⊗ HOM. Admire :admirent (admettre).

admirer verbe transitif (latin admirari) Éprouver pour quelqu'un, quelque chose, un sentiment d'admiration : Admirer un maître, un paysage. Constater quelque chose avec un étonnement mêlé d'admiration, ou, ironique, de réprobation : J'admire sa patience avec ses enfants.admirer (citations) verbe transitif (latin admirari) Jean Le Rond d'Alembert Paris 1717-Paris 1783 Pour avoir le droit d'admirer les erreurs d'un grand homme, il faut savoir les reconnaître, quand le temps les a mises au grand jour. Discours préliminaire à l'« Encyclopédie » Gérard Bauër Le Vésinet 1888-Paris 1967 J'admire et méprise les hommes pour tout ce qu'ils sont capables d'endurer. Carnets Gallimard Simone de Beauvoir Paris 1908-Paris 1986 Il me semblait que la terre n'aurait pas été habitable si je n'avais eu personne à admirer. Mémoires d'une jeune fille rangée Gallimard Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 Ainsi qu'en sots auteurs, Notre siècle est fertile en sots admirateurs. L'Art poétique Georges Louis Leclerc, comte de Buffon Montbard 1707-Paris 1788 On admire toujours d'autant plus qu'on observe davantage et qu'on raisonne moins. Histoire naturelle, Des animaux Albert Camus Mondovi, aujourd'hui Deraan, Algérie, 1913-Villeblevin, Yonne, 1960 Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser. La Peste Gallimard Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Quelqu'un qui admire a toujours raison. Correspondance avec André Suarès Gallimard Anatole François Thibault, dit Anatole France Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924 Académie française, 1896 La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre. La Vie littéraire Calmann-Lévy Louis Poirier, dit Julien Gracq Saint-Florent-le-Vieil, Maine-et-Loire, 1910 C'est par ses admirations surtout que le symbolisme a été grand. Il a mis presque tout son génie à choisir ses patronages. Préférences José Corti François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Nous aimons toujours ceux qui nous admirent, et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons. Maximes François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Nous ne louons d'ordinaire de bon cœur que ceux qui nous admirent. Maximes Paul Léautaud Paris 1872-Robinson 1956 C'est une force que n'admirer rien. Journal littéraire Mercure de France Roger Martin du Gard Neuilly-sur-Seine, 1881-Sérigny, Orne, 1958 Admirer n'est pas aimer. Les Thibault, la Mort du père Gallimard Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau Le Bignon, aujourd'hui Le Bignon-Mirabeau, Loiret, 1749-Paris 1791 Nous ne devons jamais ni trop admirer ni trop mépriser. Lettre au major de Mauvillon Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 C'est un plaisir fade et nuisible d'avoir affaire à gens qui nous admirent et fassent place. Essais, III, 8 Charles Augustin Sainte-Beuve Boulogne-sur-Mer 1804-Paris 1869 Dis-moi qui t'admire et je te dirai qui tu es. Causeries du lundi Henri Thomas Anglemont, Vosges, 1912-Paris 1993 On n'enseigne pas plus à admirer qu'à s'étonner. La Chasse aux trésors Gallimardadmirer (difficultés) verbe transitif (latin admirari) Construction et emploi 1. Admirer que (+ subjonctif) = s'étonner que. J'admire qu'on puisse tout quitter ainsi. Emploi littéraire et vieilli. 2. Au passif, admiré de ou admiré par s'emploient presque indifféremment. Admiré de s'emploie plutôt quand admiré a valeur d'adjectif et exprime un état durable : un écrivain admiré de tous. Admiré par s'emploie plutôt comme passif suivi d'un complément d'agent : il fut admiré par ceux qui vécurent dans son intimité. → de (de / par). ● admirer (homonymes) verbe transitif (latin admirari)admirer (synonymes) verbe transitif (latin admirari) Éprouver pour quelqu'un, quelque chose, un sentiment d' admiration
Synonymes :
- célébrer
- goûter
- se passionner de
- s'emballer (familier)
- s'émerveiller de
- s'engouer de
- s'enthousiasmer pour
- s'extasier sur
Contraires :
- dédaigner
- dénigrer
- déprécier
- détester
- exécrer
- mépriser

admirer
v. tr. Considérer avec approbation, enthousiasme. Admirer une belle action. Admirez les proportions de cet édifice.
|| Iron. J'admire ton inconscience.

⇒ADMIRER, verbe trans.
I.— Considérer quelqu'un ou quelque chose avec un sentiment d'étonnement mêlé de plaisir exalté et d'approbation, le plus souvent motivé par la supériorité qu'on lui reconnaît dans divers domaines de la vie intellectuelle, esthétique, morale, etc.
A.— Emploi abs.
1. [L'obj. est indéterminé quant à son extension] :
1. Sa tête est d'un ton cendré. Il a l'air d'avoir brûlé. Il admire ou déteste avec gaminerie. Il dit : — Il n'y a rien de plus beau au monde que le théâtre chinois. Quand on a vu ça, on ne peut plus rien voir.
J. RENARD, Journal, 1895, p. 269.
2. [L'obj. reste implicite quoique précis] :
2. Quelques pas de plus, j'atteins le sommet. Dès-lors j'oublie la fatigue, les dangers, et jusqu'à mes plantes chéries. Oui, je les oublie pour regarder autour de moi, pour contempler et admirer. Quel spectacle! Le Pic du Midi en faisait le plus bel ornement. J'avoue qu'en songeant que j'avais gravé mon nom sur sa cîme majestueuse, j'en ressentis un mouvement de vanité.
J. DUSAULX, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées, t. 1, 1796, pp. 322-323.
B.— Emploi trans. Admirer + subst. compl. d'obj. [Désignant une pers. ou un inanimé abstr. ou concr.]
1. Admirer qqn :
3. Vous comprendrez ce mot, il doit vous suffire et dissiper toutes vos craintes. Il est vrai, reprit Isambard, j'admire Béatrix avec enthousiasme, et peut-être bientôt l'aimerai-je passionnément; mais ce sera sans aucune espérance, je n'en pourrois avoir.
Mme DE GENLIS, Les Chevaliers du Cygne, t. 2, 1795, p. 287.
4. C'étoit une telle école qu'il falloit à M. de Voltaire. Il est bien à plaindre d'avoir eu ce double génie qui force à-la-fois à l'admirer et à le haïr.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 306.
5. FABIO. — Mais, m'a-t-elle vu seulement? M'a-t-elle remarqué à la place où je suis assis tous les soirs pour l'admirer et l'applaudir, et puis-je penser que mes présents ne seront pas la seule cause de sa démarche?
G. DE NERVAL, Les Filles du feu, 1854, p. 662.
6. Les Grecs n'avaient pas pour Rome cette haine que l'on porte ordinairement à un maître étranger; ils l'admiraient, ils avaient pour elle de la vénération; d'eux-mêmes ils lui vouaient un culte, et lui élevaient des temples comme à un dieu.
N.-D. FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 507.
7. Et les jours succédaient aux jours, les saisons aux saisons, les années aux années... Et je me voyais, dans mon rêve obscur (...) admiré, flatté, fêté en tous lieux, et cependant plus misérable, dans la solitude de mon cœur, que le vieux gueusant accroupi au seuil du cimetière.
O.-V. MILOSZ, L'Amoureuse initiation, 1910, p. 117.
2. Admirer qqc. :
8. Déistes et athées, grands et petits; tous, attirés par je ne sais quoi d'inconnu, ne laissent pas de feuilleter sans cesse l'ouvrage que les uns admirent, et que les autres dédaignent.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 534.
9. Ce spectacle de Carthage irritait les barbares. Ils l'admiraient, ils l'exécraient, ils auraient voulu tout à la fois l'anéantir et l'habiter.
G. FLAUBERT, Salammbô, t. 1, 1863, p. 59.
Iron. Quand il y a, p. ex., disproportion entre le sentiment et son objet :
10. M. Godeau aimait jusqu'à l'admiration, admirait jusqu'à l'adoration son état d'âme le plus actuel, quel qu'il fût : Dieu y avait sa place et M. Godeau la sienne. M. Godeau aimait, admirait, adorait jusqu'à l'étonnement, jusqu'à l'enthousiasme des larmes son état d'âme « actuel », comme le dernier royaume de Dieu.
M. JOUHANDEAU, Monsieur Godeau intime, 1926, p. 181.
C.— Emploi pronom. à valeur réfl. :
11. Un juge sourcilleux épiant mes ouvrages, tout à coup à grands cris dénonce vingt passages traduits de tel auteur qu'il nomme; et les trouvant, il s'admire et se plaît de se voir si savant.
A. CHÉNIER, Épîtres, Épître sur ses ouvrages, 1794, p. 205.
12. Et puis, un soir... Je sortais d'un dispensaire, j'avais joué avec des enfants malades, sans répugnance pour leurs plaies, toute douce et toute attendrie... J'étais contente, je m'admirais un peu...
H. BERNSTEIN, Le Secret, 1913, III, 3, p. 35.
II.— Fam. ou iron. Trouver étonnant, étrange.
A.— Admirer + compl. d'obj. nominal :
13. Jean-Théodore donna un coup de poing violent sur son bureau et fit sauter ce qui était dessus.
— Tenez! Je ne sais qu'admirer le plus ou de votre bassesse ou de votre ineptie!
J.-A. DE GOBINEAU, Les Pléiades, 1874, p. 112.
B.— Admirer + compl. d'obj. verbal. Admirer qqn de faire qqc.; admirer que + subj.; admirer comme(nt) + ind. Constater avec étonnement, trouver étonnant que.
1. [Sans idée de blâme] :
14. Admirez-vous que je ne vous aie point encore parlé peinture? Il existe cependant un musée à Rotterdam, et vous me connaissez assez pour savoir que j'y ai vite couru.
M. DU CAMP, En Hollande, 1859, p. 20.
15. J'admire encore que ma mère m'ait laissé faire; soit qu'elle ne se rendît pas nettement compte des risques que couraient les murs, le plancher et moi-même, ou peut-être estimant qu'il valait la peine de les courir s'il devait en sortir pour moi quelque profit, ...
A. GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 440.
2. Avec une nuance d'iron. amusée en présence d'une situation contradictoire :
16. Ils font des difficultés, de telle sorte que la musique, au lieu de parler à l'âme en passant par les oreilles, a besoin d'être vue et parle aux yeux; il faut s'étonner et admirer que le musicien joue sans balancier; on a peur de le voir tomber. « Comme si les arts devaient étonner plus qu'émouvoir... »
A. KARR, Sous les tilleuls, 1832, pp. 186-187.
[Avec en outre une idée de blâme (antiphrase)] :
17. Je vous admire de vouloir qu'on suive aveuglément vos conseils.
Ac. 1798-1932.
18. Je traduis toujours mot à mot. Ici c'est Virgile amplifié à proportion du sujet; car ce que le poète avait dit du massacre de tout un peuple a paru trop faible à M. Furia pour un pâté d'encre.
N'admirez-vous point, Monsieur, qu'un homme écrivant de ce style attache tant d'importance au texte de Longus, qui est la simplicité même?
P.-L. COURIER, Lettres à Monsieur Renouard, 1810, p. 257.
19. J'admirais qu'il pût y avoir des lois si contraires au bon sens.
P.-L. COURIER, Pamphlets politiques, À Messieurs du Conseil de préfecture à Tours 1820, 1824, p. 52.
Rem. 1. Pour les assoc. paradigm. (synon. et anton.), cf. les mots en italique dans les ex. 2. Le sens II (idée d'étonnement) est gén. considéré comme influencé par le lat. (cf. étymol.). Sans nier une telle influence, le point de départ a pu être le fr. lui-même : un verbe affectivement aussi marqué et par lui-même orienté vers des emplois hyperboliques, a pu — et peut toujours — s'employer ironiquement ou par antiphrase; lorsque l'intention laudative est contestée ou disparaît, il ne reste de l'admiration que l'étonnement, lequel peut être une expression atténuée du blâme. Outre la rhétorique, le changement de ton et d'intonation joue, dans la lang. parlée, un rôle non négligeable dans ce renversement d'abord styl., puis sém. des valeurs.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'admire []. PASSY 1914 transcrit la pénultième longue. — Rem. FÉR. 1768 remarque : ,,Il faut prononcer le d dans ce mot et c'est une faute de prononcer : amiré``. Enq. :/ /. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : admirable, admirablement, admirant, admirateur (-trice), admiratif, admiration, admirativement, admiromane, admiromanie.
Étymol. ET HIST. — 1. a) 1360 trans. emploi avec adv. de prix « faire cas de, estimer (qqn) » (FROISSART, Chron., éd. Luce, I, 51 ds GDF. : Et a ce temps de donc il amiroient et prisoient assez petit les Engles); b) 1566 « éprouver de l'admiration (pour qqn) » (RIVAUDEAU Complainte, 3, éd. Mourain de Sourdeval ds HUG. : Au moins en amirant la personne que j'aime, Sauroy-je regarder quelquefois à moi-mesme); 2. 1468 réfl. « se demander avec étonnement » (G. CHASTELLAIN, Chron. du D. Phil., VI ds GDF. : Et s'ammiroient comme povoit naistre en ung si jeusne corps une telle gravité). Dans la lang. class. « considérer, constater avec surprise »; 1644 (CORNEILLE, Pomp., 508 ds Œuvres, éd. Marty-Laveaux, t. XI, p. 31 : Achilles même, épouvanté d'horreur De ces quatre enragés admire la fureur).
Du lat. ; réfection étymol. coexistante à partir du XVe s. (soy admirer ds HEILLEMANN, Der Wortschatz von G. Ch., 122); concurrence puis supplante a. fr. merveillier et esmerveillier, trans. et réfl., de même sens. Lat. admirari trans. au sens de « éprouver de l'admiration pour », + obj. inanimé dep. Térence (Eun., 250 ds TLL s.v., 741, 33), + obj. animé dep. Cicéron (ds TLL s.v., 742, 44 sq); sens 1 a semble affaibli par rapport au lat.; 2 « se demander avec étonnement (+ interr. indir.) » dep. Cicéron (Inv., 2, 125, ibid., 744, 3 : ipsum secum admirantem, quidnam contra dici possit); « s'étonner devant qqc. » Cicéron (de Orat., 1, 237 ds GAFF. : impudentiam alicujus).
STAT. — Fréq. abs. litt. :6 971. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 10 613, b) 9 135; XXe s. : a) 9 816, b) 9 787.
BBG. — BAILLY (R.) 1969. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — LAF. 1878. — LASNET 1970. — MIQ. 1967. — THOMAS 1956. — TIMM. 1892.

admirer [admiʀe] v. tr.
ÉTYM. 1360, amirer; du lat. admirari « s'étonner », de ad, et mirari.
1 Vx. Considérer, constater, voir avec étonnement; trouver étrange, singulier. || Admirer qqch., qqn. || Admirer que qqn ait fait, ait pu faire qqch.
1 J'admire, Madame, comme le Ciel a pu former deux âmes aussi semblables en tout que les nôtres.
Molière, la Princesse d'Élide, IV, 1.
2 (1566). Mod. Considérer avec un sentiment d'approbation et de plaisir (ce dont on reconnaît la valeur, la supériorité); avoir de l'admiration pour (ce qui est beau, grand). Célébrer, émerveiller (s'), engouer (s'), enthousiasmer (s'), extasier (s'). || Il admire ce musicien, il le porte aux nues. || Admirer la nature, le beau. || Il l'admire au point de ne jurer que par lui, ne voir que par ses yeux.
Absolt. || Il ne sait pas admirer (→ ci-dessous, cit. 6).
2 Nous aimons toujours ceux qui nous admirent, et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons.
La Rochefoucauld, Maximes, 294.
3 Nous ne louons d'ordinaire de bon cœur que ceux qui nous admirent.
La Rochefoucauld, Maximes, 356.
4 Un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire.
Boileau, l'Art poétique, I.
5 Admirons les grands maîtres, ne les imitons pas.
Hugo, Odes et Ballades, Préface de 1826.
6 Les méchants envient et haïssent; c'est leur manière d'admirer.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, p. 13.
7 Je n'admire jamais tant la beauté que lorsqu'elle ne sait plus qu'elle est belle.
Gide, les Nouvelles Nourritures, p. 36.
Admirer que… || J'admire qu'il ait réussi aussi vite. || « J'admire encore que ma mère m'ait laissé faire » (Gide, Si le grain ne meurt, Pl., p. 440). || Admirez comment il s'y prend !
Admirer de (et infinitif) :
7.1 Ce léger brouillard des jeunes feuilles, ils admiraient de le découvrir un beau matin (…)
Alain, Propos, 1er juin 1929, l'Histoire éternelle.
Pron. || S'admirer (soi-même, réciproquement).
8 (…) loué, exalté, et porté jusqu'aux cieux par de certaines gens qui se sont promis de s'admirer réciproquement.
La Bruyère, les Caractères, I, 24.
3 Iron. (Du sens 1.). Trouver étrange, constater avec étonnement. || J'admire la méchanceté de sa conduite. || J'admire qu'il ose encore… || Je t'admire de supporter cet imbécile.
CONTR. Abhorrer, critiquer, dédaigner, dénigrer, déprécier, mépriser, moquer, railler.
DÉR. Admirant. — V. (Du lat. admirari) Admirable, admirateur, admiratif, admiration.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • admirer — ADMIRER. v. a. Considérer avec surprise, avec étonuement ce qui paroit merveilleux. Admirer la Nature. Admirer l immensité du Ciel. Admirer une beauté parfaite. Admirer la sagesse, la valeur, la magnificence d un Prince. f♛/b] Il se dit aussi, en …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • admirer — Admirer. v. act. Considerer avec surprise, avec estonnement une chose qui est extraordinaire en quelque maniere que ce soit. Admirer les oeuvres de Dieu, la grandeur du ciel. admirer une beauté parfaite. admirer la sagesse, la valeur, la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Admirer — Ad*mir er, n. One who admires; one who esteems or loves greatly. Cowper. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • admirer — index disciple Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • admirer — (n.) c.1600, agent noun from ADMIRE (Cf. admire) (v.). In common speech, a lover [Johnson], a sense recorded from 1704 …   Etymology dictionary

  • admirer — [n] person who holds someone in high regard adherent, beau, believer, booster, boyfriend, buff, bug*, cat*, devotee, disciple, enthusiast, fan, fancier, fiend*, follower, freak*, girlfriend, groupie*, hound*, junkie*, lover, nut*, partisan,… …   New thesaurus

  • admirer — un homme, et l avoir en admiration et grande reputation, Admirari hominem, Suspicere …   Thresor de la langue françoyse

  • admirer — (a dmi ré) v. a. 1°   Considérer avec admiration. •   Adraste admirait malgré lui ce qu il venait de voir, et n osait le louer, FÉN. Tél. XX. •   La Grèce, l Asie et toutes les îles l ont admiré [Ulysse] malgré ses défauts : mille qualités… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ADMIRER — v. a. Considérer avec un étonnement mêlé de plaisir, ce qui paraît beau, ce qui paraît merveilleux. Admirer la nature. Admirer l immensité du ciel. Admirer la beauté d une femme. Admirer les talents, les ouvrages d un écrivain, d un artiste. J… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ADMIRER — v. tr. Considérer avec un étonnement mêlé de plaisir ce qui paraît beau, ce qui paraît merveilleux. Admirer la nature. Admirer l’immensité du ciel. Admirer la beauté d’une femme. Admirer les talents, les ouvrages d’un écrivain, d’un artiste.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)